Dr Bénichoux : «Il faut déculpabiliser les victimes de burn-out »

Le cabinet de conseil indépendant Better Human Cie lance des groupes de parole pour aider les personnes souffrant de burn-out. Premier rendez-vous ce soir à Montrabé.

Le Dr Florence Bénichoux est cofondatrice du cabinet d'expertise Better Human Cie. En lançant des groupes de parole dédiés au burn-out, elle espère aider les personnes qui en souffrent «à aller mieux plus vite ».

Pourquoi cette initiative ?

Parce que nous sommes confrontés à de plus en plus de personnes en burn-out et du vrai burn-out, j'ai suffisamment d'expérience pour le dire. Notre cabinet ne s'occupe pas des individus mais d'un point de vue éthique, je ne pouvais pas les laisser sur le bord de la route.

Qui sont ces personnes ?

Elles sont épuisées physiquement et émotionnellement, en perte de plaisir total au travail. Le travail les a transformées en machine, sans ressenti, sans lien social et familial. Elles sont isolées, très seules. Sur les 40 personnes que j'ai été amenée à suivre, un tiers ne reprendra jamais d'activité, c'est un chiffre énorme. Un autre tiers retravaille mais a changé complètement de métier, comme ce directeur financier d'un grand groupe qui est aujourd'hui boulanger. Le dernier tiers va tenter de reprendre le travail mais à chaque fois que le retour se fait avec le même manager, c'est l'échec, il faut changer de service

Vous êtes plutôt l'interlocutrice des entreprises, comment réagissent-elles ?

Elles sont de plus en plus nombreuses à se rendre compte qu'elles ont laissé faire, que dans leur organisation des personnes ont trop donné. Certains burn-out sont aussi le fait de managers pervers narcissiques, les entreprises sont là aussi responsables d'avoir laissé faire.

En quoi le groupe de parole peut-il apporter une aide ?

À plusieurs, on s'en sort mieux. Les échanges permettent de déculpabiliser, c'est la même problématique que les réunions des alcooliques anonymes. Mais je suis honnête, je suis dans l'expérimentation, je ne sais pas si les groupes tiendront sur la durée… Je lance une bouteille à la mer parce que je suis convaincue qu'on peut faire quelque chose.

Le burn-out est-il un sujet plus facilement abordé aujourd'hui ?

D'une manière générale, les gens font plus attention et c'est important parce que le signalement vient de l'entourage. Celui qui souffre de burn-out est dans le déni, jusqu'au moment où il s'écroule. Les entreprises se mettent à nous solliciter, elles réclament du coaching mais je leur réponds qu'il faut d'abord faire de la prévention. Le burn-out est un signal d'alerte, il révèle des problèmes dans l'organisation du travail, un management de mauvaise qualité.


Trois rendez-vous

Le cabinet Better Human Cie, spécialisé dans la santé, la sécurité au travail et la prévention des risques professionnels, lance des groupes de parole sur le burn-out. Ils seront coanimés par le Dr Florence Bénichoux, médecin, spécialiste en prévention, Claire Priquet, psychologue, consultante en santé au travail et Nicole Dutheil, médiatrice en entreprise. Trois rendez-vous sont programmés (partage d'expérience, pistes pour se reconstruire personnellement, pistes pour se reconstruire professionnellement) : vendredi 2 juin, vendredi 16 juin et mercredi 12 juillet de 17 h 30 à 19 h 30 au cabinet Better Human Cie, 81 route de Lavaur 31 850 Montrabé (en face de la mairie, périphérique sortie 15). 30 € par séance. Inscriptions : (il reste des places) : 06 78 37 39 45