Le travail tue plus que les guerres et ces morts sont évitables ! – 1er Septembre 2014

 Dans blog

Lors du XXème Congrès Mondial sur la Sécurité et la Santé au Travail, qui a rassemblé 4000 professionnels issus de 143 pays du 24-27 aout à Francfort, le directeur général de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) a donné un chiffre qui fait froid dans le dos : 2,3 millions de personnes meurent chaque année au travail, soit plus que dans toutes les guerres réunies de la planète. Ces morts sont principalement dues à des maladies professionnelles ou des accidents du travail. Ce qui est le plus inacceptable c’est que ces morts sont évitables, à condition de développer dans toutes les organisations, une véritable culture de la PREVENTION. Une culture de l’attention à soi et aux autres.

cimetiere[1]

Quelques chiffres :

– Les organisations offrant une prévention santé à leurs salariés sont :

  • 76% aux USA,
  • 47% en Asie,
  • 42% en Europe, (nous sommes en 3ème position derrière l’Asie, nous avons donc tous à progresser)
  • 37% en Australie,
  • 33% en Afrique.

– La plupart des managers et employés considèrent la prévention comme un coût net pour l’entreprise. Or 100 euros investis dans la prévention et améliorant les conditions de travail permettent d’en récupérer en moyenne 219 € (Etude de l’OPPBTP 2014 www.preventionbtp.fr)
– Dès qu’une politique de prévention est mise en place, la réduction des accidents du travail et des maladies professionnelles est rapidement de 20%.

Au-delà de ces chiffres, que faut-il retenir de ce congrès ?

Une vision à partager pour une prévention durable.

La Culture de prévention sécurité et santé est à penser au niveau mondial et des stratégies de prévention durables sont à inventer avec pour objectif la vision Zéro : Zéro accident du travail et zéro maladie professionnelle. Ce n’est pas une utopie !
Nous devons être les artisans d’un monde où chacun peut travailler dans des conditions sûres et saines, et est protégé contre les accidents du travail graves voire mortels.

Les défis de la santé au travail sont immenses.

  • Permettre d’abord à tous les travailleurs d’avoir un contrat de travail est sans doute la 1ère mesure à instaurer et cela est sans aucun doute la 1ère protection.
  • Protéger la santé de l’individu au poste de travail constitue un autre défi considérable, avec en toile de fond des changements dans les domaines technique, économique et social, ainsi qu’une mondialisation croissante et inévitable.
    • La délocalisation de la production délocalise aussi les risques pour la santé humaine. Notre responsabilité de pays développés est largement engagée sur ces sujets…   (Cf. la destruction de l’usine RANA PLAZA où 1100 salariés, travaillant pour BENETTON, BON MARCHE, Joe FRESH, MANGO, MATALAN et WALMART, ont perdu la vie au BANGLADESH le 24 avril 2013)
  • Savoir bien gérer la diversité dans le monde du travail et faire comprendre que la diversité doit faire la différence pour l’entreprise.
    • Un nombre croissant de personnes appartenant à des contextes ethniques, religieux ou sociaux différents sont aujourd’hui appelés à travailler ensemble.
    • L’égalité des sexes et le développement démographique conservent également toute leur importance.
    • De nouvelles formes de travail caractérisées par des conditions hétérogènes de travail et d’emploi ont vu le jour partout dans le monde.
      • Les stratégies mondiales en matière de prévention, comme dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, doivent cibler ces populations à risque car plus vulnérables (femmes, jeunes, personnes âgées, personnes handicapées, immigrés, travailleurs précaires…) et faire en sorte que les enjeux sociaux ne soient pas oubliés par la mondialisation économique.

3 approches se dégagent de ce XXème congrès mondial,

  • La prévention des risques qui améliore la sécurité est à poursuivre
  • La promotion de la santé développée dans une vision plus globale permet une amélioration de la santé des travailleurs mais aussi de leur famille et donc de la société
  • De nouvelles approches sont proposées pour faciliter le retour au travail (après un congé maternité, un cancer, un accident du travail ou une maladie de longue durée).

3 enjeux principaux se présentent à nous pays développés :

  • L’augmentation exponentielle des problématiques de santé mentale et de risques psychosociaux.
  • Le vieillissement de notre population avec une question corollaire : comment garder en bonne santé des travailleurs qui, vivant plus longtemps, doivent travailler plus longtemps ? A 50 ans, il faut prévoir de travailler encore au moins 15 années !
  • La vision Zéro, une vision ambitieuse qui ne peut que s’accompagner du développement d’une véritable CULTURE de la PREVENTION tout au long de la vie et dès l’école. Il ne doit plus y avoir de frontière entre la prévention au travail ou à la maison car il s’agit bien au-delà des travailleurs de protéger les humains.

L’enjeu est clairement de permettre aux salariés de rentrer chez eux non seulement sans effets délétères du travail, mais en meilleure santé que quand ils sont arrivés dans l’entreprise.

 Les grands enseignements sont donc :

  • L’importance de l’engagement de la direction sur la qualité de vie au travail.
  • La nécessaire formation de tous les managers, véritables relais de cette vision Zéro.
  • L’importance du dialogue social : la santé et la sécurité au travail sont de formidables enjeux pour développer le dialogue social.
  • La diversité nous fait comprendre que nous avons toujours à apprendre de l’autre, qu’il existe toujours quelqu’un qui peut apporter un point de vue différent et que nous n’avons pas toutes les solutions.
  • Le retour sur investissement de la prévention est très positif et les bénéfices d’une bonne qualité de vie au travail sont à 96% l’engagement des salarié(e)s, l’ambiance de travail et les relations dans l’entreprise, à 95% la qualité de travail réalisé, à 94% la santé des salariés et à 91% la productivité (source ANACT Sofres)
  • La vision positive des discours sur la prévention et l’importance de réaliser des bilans humains au-delà des bilans économiques.
  • Ne pas oublier l’incontournable partie réglementaire et légale sur le droit à la santé qui doit accompagner cette prévention avec son cortège de contrôles indispensables.

Il est de notre responsabilité à tous, dirigeant, manager, salarié, partenaire social, médecin du travail de développer cette culture de la qualité de vie au travail. C’est pourquoi il faut lancer les organisations H.Q.H® « HAUTE QUALITE HUMAINE® » qui promeuvent des entreprises + sûres, + saines, + simples, + sereines et avec + de sens.
On sait aujourd’hui qu’un travail de qualité n’est possible que là où les entreprises définissent la santé et la sécurité comme une priorité essentielle. Soyons chacun les acteurs de cette Haute Qualité Humaine®.

Dr. Florence BENICHOUX, Directeur Général de Better Human Cie, florence.benichoux@betterhuman.fr

Paris, le 1er Septembre 2014

Share Button

Laisser un commentaire

Contactez nous

Envoyez nous un message, nous vous répondrons rapidement.

Illisible? Changer le texte. captcha txt

Commencez à taper et appuyez sur Enter pour rechercher