Dirigeants : 5 principes de base pour préserver votre santé

Florence_Benichoux_Lesechos

Même lorsqu’ils n’en peuvent plus, les chefs d’entreprise ont du mal à l’admettre. Voici cinq astuces pour une hygiène de vie simple, saine et facile à appliquer au quotidien pour les dirigeants.

« Nous sommes envahis de figures emblématiques du business qui disparaissent subitement, se désole Florence Bénichoux, directrice générale de Better Human Cie, cabinet conseil en capital humain spécialiste de la santé et de la sécurité au travail. Il y a beaucoup trop de patrons qui ne savent pas s’arrêter et prendre soin de leur santé. Même lorsqu’ils n’en peuvent plus, ils ont du mal à l’admettre et restent dans le déni. » Ancien médecin, Florence Bénichoux milite pour une hygiène de vie simple, saine et facile à appliquer au quotidien pour les dirigeants.

#1 Apprenez à accepter vos limites et détecter les signaux faibles de votre corps

« Les chefs d’entreprise s’imaginent être des surhommes mais ils sont comme tout le monde, des êtres d’émotion qui ont leurs faiblesses. Ils doivent apprendre à se protéger et à les reconnaître. C’est malheureusement quand il arrive quelque chose qu’ils prennent conscience de l’importance de leur santé et qu’ils changent de comportement. » Dirigeants, apprenez donc à identifier les signaux faibles de votre corps : asthme ou infections à répétition, troubles d’humeur, irritabilité, problématiques liées au manque de sommeil ou aux troubles du comportement alimentaire… « Notre corps nous dit plein de choses. Nous avons tous un seuil de résistance au-delà duquel nous craquons. Le problème est que les dirigeants sont souvent dans le déni. » Ainsi, il y a de plus en plus d’AVC et d’infarctus avant 50 ans parmi cette population, et ils interviendraient en plus grand nombre le lundi matin, selon une étude écossaise. « Si le stress n’est pas négatif pour les chefs d’entreprise, en revanche, lorsqu’il est permanent et répétitif, il devient chronique et toxique. » Un stress chronique qui va de pair avec les difficultés touchera en premier lieu l’immunité des dirigeants. Le risque d’accident ischémique transitoire (AIT) qui survient avant les AVC, est alors d’autant plus important. Il peut s’agir d’une perte de connaissance de quelques secondes, d’une jambe qui lâche, d’un grand coup de fatigue, de problèmes d’élocution… Tous ces signaux d’alerte très brefs montrent qu’il faut vous accorder une pause, d’autant plus s’ils se répètent.

« Tous les deux mois je prends une semaine de vacances. A 55 ans, on récupère forcément moins bien qu’à 25. »

#2 Faites des micro-siestes de 10 ou 15 minutes

Il n’y a pas de règle en termes de sommeil. Mais faire une ou plusieurs micro-siestes de 10 ou 15 minutes en journée s’avère très efficace. Les chefs d’entreprise passent beaucoup de temps à attendre, dans les gares ou les aéroports. Connectés en permanence, ils dorment très peu et sont parfois entre plusieurs fuseaux horaires. Or le sommeil est le meilleur réparateur du cerveau. « Si vous n’êtes plus capable de réfléchir, vous devez absolument dormir une ou deux heures de plus par jour. » Qui plus est, on ne peut pas être efficace tout au long de la journée. Des périodes de pause et de réparation sont nécessaires. « Ce lâcher prise est un besoin physiologique qui permet de rester dans une concentration intense et d’être plus performant par la suite. Notre cerveau exige des périodes réfractaires où il ne se passe rien. Après ces micro-siestes, on ressent une sensation de bien-être énorme, comme une pile que l’on aurait rechargée. » Concrètement, faire une micro-sieste, ce n’est pas très compliqué : il faut simplement s’obliger à s’extraire du bruit ambiant et à faire des respirations amples et tranquilles afin de retrouver une cohérence cardiaque. Attention, pas d’écran dans les minutes qui précédent, sinon cela ne marchera pas.

« Si je n’ai pas assez dormi pendant la nuit, je fais des micro-siestes. J’ai appris à dormir un peu partout, aussi bien dans un aéroport que dans une gare. »

#3 Etirez-vous toutes les 2 heures

L’autre grande pathologie liée à l’entreprise, ce sont les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques). Notre corps n’est pas adapté à la vie de bureau, il est fait pour bouger. Quand vous êtes assis, votre corps est en contrainte : vous êtes bloqué, crispé au sens musculaire et vasculaire devant les 20 cm² de votre ordinateur. Pour faire à nouveau circuler votre système artériel et veineux, ne restez pas statique, changez de position et faites des pauses toutes les deux heures au minimum. Si vous étiez assis, levez-vous pendant 5 minutes et faites des étirements pour détendre vos muscles, comme si vous faisiez du crawl. Pour mobiliser les articulations du haut de votre corps, nuque et épaules, croisez les mains au-dessus de votre tête paumes vers le haut une dizaine de fois. Ce simple geste ne coûte rien et peut vous éviter des douleurs très invalidantes. De la même manière, prenez le temps de boire un café avec vos salariés, accordez-vous des moments de détente, des vacances en famille. Il est primordial de ne pas vous déconnecter de votre sphère familiale, amicale ou amoureuse et de garder un bon équilibre vie pro/vie perso. Pour la santé mentale et physique, cela permet de lâcher prise en s’obligeant à s’occuper de choses beaucoup plus simples. « Si l’on est avec des enfants, ils nous obligent à être vraiment là. On se met alors en lien et en relation vraie car on ne peut pas tricher avec eux. »

« Je ne peux réfléchir qu’en marchant. Même en réunion, je reste debout et j’invite mes collaborateurs à faire de même. Plus on est en dynamique, plus on est en forme. »

#4 Mangez de tout un peu !

« Plusieurs fois par semaine, les dirigeants mangent n’importe quoi, des plateaux repas souvent trop gras ou trop sucré, n’importe où et n’importe quand. Mon bonheur en tant que chef d’entreprise est de rentrer chez moi le soir et de me faire des légumes de saison ». Même si vous n’avez pas le temps d’en éplucher, les légumes surgelés ou en conserve contiennent les mêmes vitamines que les frais. Voire parfois plus que certains d’entre eux qui auraient traîné sur des marchés pendant des semaines et auraient alors perdu leurs nutriments. « La vraie règle est de manger de tout, un peu, tout en gardant des moments de plaisir. Il ne faut pas essayer de perdre du poids mais surtout tâcher de ne pas en prendre. A midi, privilégiez l’eau plutôt que le vin et plus spécifiquement l’eau plate à l’eau gazeuse –cette dernière contenant plus de sel– et le poisson à la viande. Le soir, essayez au maximum de manger léger et équilibré."

« Personnellement, j’ai toujours des fruits dans mon sac, en sachet lyophilisé, ce qui me permet d’éviter les coups de pompe. »

#5 Marchez 4 à 5 km par jour

« Quand on évoque l’activité physique, les hommes sont tout de suite dans les extrêmes et pensent marathon. Si vous n’aimez pas le sport, allez dansez ou faire ce que vous aimez mais bougez-vous ! » C’est d’autant plus important lorsque l’on sait qu’il n’y a rien de tel qu’une activité physique pour évacuer son stress. Autre atout, cela permet de protéger l’élasticité de vos artères et les rend moins sensibles à la pression. L’idéal est de faire 10.000 pas par jour. « Si vous arrivez à en faire entre 5.000 et 6.000, soit entre 4 et 5 km par jour, c’est déjà très bien. » Sachez que le mieux est de le faire en une seule fois, de manière assez rapide. Et bien sûr, privilégiez toujours les escaliers aux ascenseurs et escalators.

« Je fais des balades de deux heures avec mon chien en forêt le week-end, ce qui me permet de me reconnecter avec la nature. »

Article de CHARLOTTE DE SAINTIGNON  paru dans LesEchos.fr  le 26/08/2016.